Compte rendu de l’année 2017

Voici un point sur l’activité des Galeries du Club, presque un an après l’ouverture des galeries de Paris et de La Baule…

Nous avons créé une page sur le site du Club, où nous indiquons au fur et à mesure le nom des artistes qui ont fait des ventes, mais sans le détail, car cela ne regarde ni le public, ni l’administration…

http://www.club-ateliers-artistes.com/?page_id=1942

Bien entendu cette liste ne concerne pas les « petites ventes » style livre, carte postale ou reproduction, il s’agit de vente d’oeuvres, qui vont de 40€ pour les bijoux céramique de Caroline, à plusieurs milliers d’euros pour un Bronze de Nathalie Camoin-Chanet. L’écart type est important.

En revanche nous constatons sur 2017 que :

– la moitié des ventes (52% exactement) porte sur des oeuvres qui n’étaient pas en exposition le jour de leur vente. Preuve en est de l’intérêt de la formule annuelle, car ces clients sont revenus au moins deux ou trois fois avant d’acheter.

– pour les pièces supérieures à 500€, seulement 20% des ventes sont faites à la première visite. En moyenne il faut deux à trois visites et 1 à 2 mois de réflexion pour conclure une vente.

– l’offre de reproduction en estampes numériques commence à porter ses fruits pour ceux qui y ont souscrit. (Voir Charlotte pour plus de détails si besoin).

En terme de fréquentation :

La galerie de la Baule a reçu 32.200 personnes entre le 1er avril 2017, date de son ouverture et le 1er avril 2018, soit une moyenne de 124 personnes par jour d’ouverture.

80% des ventes réalisées en 2017 l’ont été sur la BAULE. En revanche les ventes ne sont pas, comme on pourrait le croire, plus importantes l’été que l’hiver. Les meilleurs mois de vente ont été septembre et octobre, souvent de la part de clients nous ayant découvert pendant l’été, mais étant revenus à une période plus calme pour faire leur choix. Décembre a été également un bon mois avec l’opération « Noël magique » qui transforme l’Avenue De Gaulle en centre commercial animé et éclairé par la Mairie.

La galerie de Paris est beaucoup plus intimiste, la fréquentation se constate surtout les jours de vernissage, sur invitation, et le samedi quand le temps est clément. En revanche elle est importante pour notre crédibilité auprès de amateurs d’art qui savent que ce quartier et celui des galeries sérieuses de la capitale. La moitié des ventes ont été réalisées auprès d’étrangers de passage à Paris.